06 63 82 45 62

La philosophie et la sociologie, n’aiment pas la psychologie positive.Thierry Saussey dans le Figaro.fr du 19/12/2016, précise que « la divergence centrale porte sur le fait que Luc Ferry jette le bébé de la psychologie positive avec l’eau du bain du bonheur. Il réfute du même coup toutes les avancées des recherches scientifiques, qui prouvent que pensées et émotions sont connectées dans le bon ou le mauvais sens, que nous avons en nous des ressources naturelles pour aller mieux et créer de l’entrain autour de nous. Il décourage toute personne de faire un effort sur elle-même pour éviter ce pessimisme funeste qui atteint notre moral collectif comme il gâche des chances sur le plan individuel. Pour aimer les autres, il faut se respecter soi-même à commencer par l’utilisation de toutes ses capacités personnelles. »

Plus récemment Virginie Bloch-Lainé dans Libération du 9 septembre 2018 analyse le livre « Happycratie » de la sociologue Eva Illouz , coécrit avec le docteur en psychologie Edgar Cabanas. « L’essai dénonce l’injonction qui nous est lancée d’être heureux, et le rapprochement, dans lequel nous baignons, entre plénitude et normalité. Selon cette logique, les insatisfaits seront regardés comme des incapables. L’euphorie à tout prix s’accompagne de l’hyperculpabilisation de ceux qui ne l’atteignent pas. A nous de développer notre capital de bonheur puisque ce dernier sommeille en nous, n’attend que nos efforts pour éclore, et que l’éprouver résulte d’un choix ».

Mettre ainsi la psychologie positive sous le feu des projecteurs peut ressembler à une provocation à destination des scientifiques qui œuvrent quotidiennement dans les laboratoires, à tous ceux également qui se sont formés à la psychologie positive dans une université française ( Lorraine, Grenoble, Paris et La Réunion). Mais acceptons cette critique car elle va nous permettre d’exposer plus clairement les bases, et les arguments face à ceux de la philosophie et la sociologie, mais aussi rappeler à ceux qui pratiquent la psychologie positive, leurs devoirs et l’exigence qu’ils doivent avoir dans leur pratique. Ces trois disciplines ne s’opposent pas, elles se complètent soit en donnant du sens, soit en observant le processus soit en le pratiquant. Chacun pourra ainsi trouver des arguments en faveur de chacun des prismes, que ce soit pour la philosophie, la sociologie, la psychologie positive et en débattre.

Les bases : Née en 1998, du constat fait par Seligman de l’orientation à décharge sur les cotés pathologiques de la psychologie, il crée avec Csikszentmihalyi, le mouvement de la psychologie positive orienté vers les parties lumineuses , les forces, l’épanouissement dans une perspective non pathologique. Gable et Haidt (2005, p.103) définissent la psychologie positive comme « l’étude des conditions et processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions ». Précisons que cette étude se veut scientifique et utilise la méthode scientifique et les résultats sont publiés dans les journaux eux mêmes aussi prestigieux que Science ou Nature.

Docteur en psychologie de la santé utilisant les approches et théories de la psychologie positive depuis 2008, je ne me lasse pas des résultats obtenus dans ma pratique, que ce soit en entretien individuel, en coaching, en entreprise et sur les sportifs de haut niveau avec lesquels je travaille. Avoir fait un travail rigoureux, universitaire et scientifique dans le domaine particulier des forces de caractères et de l’optimisme, et pratiquer en cabinet les applications de ces travaux universitaires est une joie quotidiennement renouvelée.

Voir de semaine en semaine les individus retrouver une vie qui a du sens, des émotions positives, du pouvoir sur leur propre vie me comble. Redonner à des équipes de travail enkystées dans des problématiques conflictuelles, des orientations permettant de retrouver une meilleure qualité de vie relationnelle, permettre à des sportifs de haut niveau de performer, travailler avec des maisons de retraite sur le vieillissement réussi, ou avec de futurs bacheliers sur une meilleure qualité de vie au lycée sont des thèmes qui m’animent chaque jour.

Je dois concéder que ma difficulté principale se trouve dans le lien constant à faire entre théorie, application et mesure, et c’est une remarque que faisait également Biswas-Diener(2011) qui avait remarqué que certaines adaptations s’éloignaient parfois nettement de la théorie. Je m’astreins à beaucoup de lectures, de participations à des congrès scientifiques pour présenter mes travaux et m’inspirer de ce qui se fait au plus haut niveau scientifique.

Pourtant, lors de la soutenance de ma thèse de doctorat en 2013, le Professeur Tarquinio soulignait une possible « dérive du bonheur » qui « plairait beaucoup » aux entreprises. Effectivement, l’efficacité de l’approche et des processus de la psychologie positive au niveau individuel et collectif peut détourner la psychologie positive de ses objectifs si elle n’est pas pratiquée et cadrée avec une grande prudence, une déontologie et une éthique sans faille. C’est d’ailleurs sur ces recommandations que j’ai conclu ma thèse concernant les professionnels de psychologie positive. Les intervenants en psychologie positive en France, peuvent être toutes sortes de personnes et je disais en 2013, qu’un « formateur » s’autoproclamant « expert » peut créer et gérer un institut de psychologie positive sans avoir fait aucune preuve de ses connaissances spécifiques en la matière, ni de publications reliées à la psychologie positive, ni même de titre universitaire. Les amalgames sont tellement courants entre « pensée positive », « méthode Coué », etc. qu’une garantie de compétence est indispensable pour les intervenants en psychologie positive. Voici donc ce que je concède à cette accusation, sans pour autant l’accepter.

Martine Regourd Laizeau, Docteur en psychologie de la sant

7 avantages concrets à dire MERCI

Recevez mon E-book gratuit en rejoignant ma liste d'abonnés

7 avantages a dire MERCI 2

Félicitations, rendez-vous dans votre boîte Email pour obtenir votre E-book